L’Offshoring se dote de ses contrats de performance

60 000 nouveaux emplois directs
18 milliards de dirhams de chiffre d’affaires à l’export de services additionnel



Sous la présidence du chef de gouvernement, les écosystèmes du secteur de l’offshoring ont été lancés, jeudi 05 mai 2016, à Rabat. Des contrats de performance pour accompagner le déploiement de ces écosystèmes ont été signés à cette occasion par MM. Moulay Hafid Elalamy et Mohammed Boussaid, ainsi que par M.Abdellatif Zaghnoun, Directeur Général de la Caisse de Dépôt et de Gestion, M. Fouad Brini, Président du Conseil de Surveillance de l'Agence Spéciale Tanger Méditerranée, Mme Saloua Karkri Belkeziz, Présidente de la Fédération des Technologies de l’Information, des Télécommunications et de l’Offshoring et M. Youssef Chraibi, Président de l’Association Marocaine de la Relation Client.

Les filières concernées sont :

  • CRM (Customer Relationship Management) : Activités de gestion de la relation client notamment via des centres de contact ;
  • BPO (Business Process Outsourcing) : Externalisation des processus d’une entreprise/métiers ;
  • ITO (Information Technology Outsourcing) : Externalisation des métiers liés aux technologies de l’information (développement d’applications, gestion des infrastructures, etc) ;
  • ESO (Engineering Service Outsourcing) : Externalisation portant sur des activités d’ingénierie et de recherche et de développement (ingénierie industrielle, etc) ;
  • KPO (Knowledge Process Outsourcing) : Externalisation portant sur des activités stratégiques ayant un contenu « savoir » et exigeantes en expertise (analyses de données sectorielles, etc).

Tout en soulignant l’importance du secteur de l’offshoring dans l’économie nationale, en termes de création d’emplois (63.000 emplois), notamment, pour les jeunes, et de contribution à la balance commerciale (8 Milliards de Dirhams) , M. Elalamy a affirmé que la mise en place de ces écosystèmes permettra la montée en gamme du secteur à travers l’amélioration de la compétitivité des acteurs et le ciblage de nouvelles filières à haute valeur ajoutée.

Et d’ajouter qu’un important potentiel s’offre à ce secteur notamment dans un contexte marqué par la croissance du marché mondial et l’existence de tendances structurelles favorables au Maroc, dont la diversification des secteurs d’activités couverts.

A terme, ces écosystèmes contribueront à créer 60 000 nouveaux emplois directs, à générer 18 milliards de dirhams de chiffre d’affaires à l’export de services additionnel et à drainer des investissements d’un montant de 1,5 Milliards de Dirhams.

Ces écosystèmes permettront de positionner le Royaume dans le tier 1 du groupe de compétition à travers une diversification qualitative et favoriseront un développement régional équilibré et équitable des investissements de l’Etat dans les Plateformes industrielles intégrées dédiées à l’Offshoring. Ils permettront également au secteur de renforcer sa dimension sociale à travers l’employabilité des jeunes et la participation aux recrutements des personnes en situation d’handicap.

Le développement de la filière CRM qui constitue le fer de lance historique de l’offshoring au Maroc avec un poids majeur en termes d’emplois visera à assurer un positionnement gagnant et durable pour le CRM marocain dans le nouveau paysage compétitif mondial et à renforcer sa compétitivité.

L’accompagnement prévu par l’Etat dans le cadre des contrats de performance signés comprend des mesures incitatives visant l’amélioration de la compétitivité des acteurs et la croissance du secteur, un appui à la formation, un accès plus aisé au foncier et des mesures portant sur la protection des données.

Les efforts de l’Etat se focaliseront également sur l’accompagnement des start-up et les MRE voulant investir dans leur pays et ayant développé une expertise dans les filières technologiques, et ce en partenariat entre l’ANPME et la profession.