Spirit Aerosystems acte définitivement la reprise du site de Bombardier de Casablanca

  • Spirit Aerosystems acte définitivement la reprise du site de Bombardier de Casablanca.
  • Une opération qui contribuera au développement de la supply-chain aéronautique marocaine.

Tel qu’annoncé par le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique, en octobre 2019, suite à la décision de cession du site de Bombardier à Casablanca, une entente définitive a été actée entre ce dernier et Spirit Aerosystems et sera opérationnelle à partir du 30 octobre courant.



Le Ministère et Spirit Aerosystems sont restés en contact permanent et ont travaillé conjointement pour finaliser un accord de reprise harmonieux et ordonnée, suite à la décision stratégique de Bombardier de recentrer ses activités sur les avions d’affaires.

« Nous nous réjouissons de l’arrivée de cet acteur de référence au Maroc qui compte maintenir et développer l’usine Bombardier au Maroc », déclare le Ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, soulignant que « cette reprise atteste de la confiance que témoignent les investisseurs de renommée à la destination Maroc en tant que plateforme industrielle compétitive ». Et de préciser que « ce nouvel accord augure de belles perspectives pour le site de Bombardier et renforce l’attractivité de l’écosystème aéronautique que le Royaume a su développer grâce à la Vision éclairée de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste ».

Spirit Aerosystems est leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Sa décision d’acquérir le site de Casablanca est une reconnaissance des capacités uniques et du grand potentiel de croissance qu’offre le secteur aéronautique au Maroc.

Le site de Bombardier à Casablanca a connu une extension faisant passer sa superficie de 10.000m² à 25.000m² et portant son effectif de 350 à 850 employés, à terme. L’enjeu pour Spirit Aerosystems étant de développer ses activités avec Airbus, de continuer à servir Boeing et de renforcer son empreinte industrielle à partir du site de Casablanca.